J’ai assisté lundi à mon premier « cours » d’espagnol. Ce n’était pas vraiment un cours, puisque la langue sera à étudier en autoformation, mais cette séance collective était donc mon premier contact avec l’espagnol.

J’ai eu du mal à me sentir concerné par les informations qu’a donné l’enseignante, parce qu’elles étaient plus pertinentes pour les apprenants plus avancés. Passer des certifications, élaborer des projets, ça me semble inaccessible pour l’instant. Des entretiens sont prévus pour définir les objectifs de notre autoformation, je suppose que j’y verrai plus clair quand j’y serai passé. Je réfléchis aux projets que peut entreprendre un débutant en autoformation dans une langue vivante, mais je n’ai encore rien trouvé de concluant ni de plus précis que juste acquérir les bases, faire quelques pas vers le niveau A1.

Nous avons été invités à rédiger un petit texte intitulé Mon histoire avec l’espagnolJe ne suis pas de mauvaise foi alors j’ai écrit, mais j’avais vraiment très peu de choses à dire, voire rien du tout. Tout ça me laisse l’embarras du choix pour fixer mes objectifs pour la suite.

Publicités