Après avoir suivi, plus ou moins en touriste, la pré-rentrée de la licence, j’ai participé à la pré-rentrée du M1 FLE, en tant qu’étudiant cette fois.

C’était pour intégrer ce master que j’étais entré en licence de Sciences du Langage, j’étais donc très content d’être là, mais aussi un peu perplexe face à l’emploi du temps que j’avais aperçu deux jours plus tôt. 

Comme il s’agissait d’un emploi du temps type, je ne m’inquiétais pas trop, et effectivement après quelques explications, j’étais nettement plus serein. J’étais venu en sachant déjà quels cours m’intéressaient particulièrement, donc mes choix ont été rapides (heureusement, avec une réunion de pré-rentrée qui ne dure qu’une heure, pas de quoi traîner). Seule grosse décision : le choix de la langue vivante, à étudier en autoformation encadrée pendant deux semestres.

Pour les élèves français, l’anglais et l’espagnol sont proposés. Soit, pour moi, le choix entre une langue qui partage mon quotidien depuis une éternité, et une langue dont j’ignore tout. Je me lance donc dans l’espagnol, où je pars de zéro. Vide. Néant absolu. Ce qui, si on regarde ça autrement, fait aussi que j’ai devant moi une marge de progression infinie et tout à découvrir. J’aime bien cette idée.

Serai-je capable d’apprivoiser la langue espagnole ? Réponse dans un an, en attendant, retrouvez dans les semaines à venir le récit de mon apprentissage sur ce blog !

Publicités